L’apologie de la mort

aux éditions Quintessence

Chaque jour, nous vivons nos vies avec le spectre de la mort au-dessus de nos têtes. Elle est partout. Parfois on essaye de la banaliser en nous racontant des histoires où elle touche des personnes qui vivent loin et que l’on ne connait pas. Puis on nous la ramène dans notre quotidien, quand les informations nous rappellent chaque jour que nous pourrions être les prochains sur la liste, découvrant toujours de nouveaux dangers aptes à attirer son attention sur nous. Tout est fait pour nous rappeler son existence invisible, comme si l’on voulait exacerber son importance presque diabolique dans chaque instant de notre vie, que depuis le moment où nous sommes en âge de nous préoccuper de notre propre finalité, nous devons toujours garder à l’esprit qu’à n’importe quel instant, nous pourrions être « fauché par le croche-pied rigolard de la mort imbécile » comme le disait Desproges avec humour.

Jaly Limousi, sa version de « L’ïle des morts »

Face à cette réalité omniprésente, nous sommes confrontés à un choix : est-ce que l’on prend le risque de vivre avant de mourir, où doit-on se faire tout petits pour se faire oublier de la mort le plus longtemps possible ? Mais alors… nous devrions vivre dans la peur de la mort, et même dans la peur de vivre. Etrangement, beaucoup choisissent de nier cette réalité plutôt que de vivre dans la peur, et font tout pour distraire leurs esprits, les éloigner de cette réalité inéluctable. Comme doit-on vivre avec épée de Damoclès au-dessus de nos têtes ? Beaucoup promettent monts et merveilles dans l’au-delà pour les personnes qui vivent leur vies selon leurs préceptes, mais ni les promesses, ni les préceptes ne sont jamais les mêmes… Que peut-on espérer atteindre lorsque l’on dépasse cette frontière ultime ? Cette notion de mort a intéressé les penseurs, les philosophes, les religieux et les scientifiques de toutes les époques de l’histoire de l’humanité, déjà pour tenter de déterminer si oui ou non il y a bien quelque chose après l’instant ou le doigt de la grande faucheuse nous touche, mais aussi pour comprendre les processus de mort et leur réalité dans la vie des vivants.

Et si tout cela n’avait aucune importance finalement ? On nous dit que l’illusion se trouve dans les rêves, ou on nous dit qu’elle se trouve dans le monde dans lequel nous vivons, que la vraie vie commence après la mort ou au contraire qu’elle s’arrête avec le dernier battement du cœur… personne n’est d’accord, et certains sont même prêts à se battre sur ces sujets. Et si tous avaient raison ? Dans cet ouvrage, nous avons voulu nous éloigner de ces considérations et aborder cette notion de mort comme on parlerait d’une amie chère, d’une amie qui nous veut du bien et qui ne cherche qu’à nous aider à chaque instant de notre vie à trouver notre voie pour enfin, un jour, venir la retrouver avec joie et plaisir. Et si finalement la vie n’était qu’un grand entrainement à mourir correctement et la mort la véritable opportunité pour accéder à une vie riche et heureuse ?

C’est ce que propose cet ouvrage, une découverte de ce qu’est vraiment la mort et comment dans nos sociétés occidentales, elle a peu à peu quitté la réalité des vivants pour devenir presque tabou, alors que dans d’autres cultures on apprend à vivre avec elle et à la célébrer dans la joie. En tant que tabou, nous vivons avec la polarité négative de la mort, celle qui nous plonge dans la peur de vivre vraiment et dans un fatalisme pathologique. Nous voudrions ici vous donner une autre image de la mort, celle d’un moteur de la vie, celle d’un processus indispensable et souhaitable, et dont on peut reproduire les fonctionnements dans différents aspects de notre vie de tous les jours afin de bénéficier de ce qu’elle peut nous enseigner. Apprendre à faire mourir certaines parties de nous pour nous enrichir et nous libérer de la peur.

Ce livre est une évolution depuis l’idée d’une finalité vers une capacité de renaissance à chaque instant de notre vie, pour apprendre à vivre en sachant bien mourir et discerner ce qu’il convient de laisser mourir en nous, pour toujours vivre mieux.

(extrait du livre)

Retrouvez-le dès maintenant sur :