Article de Ph. Legrand (Parismatch.com) sur La tourmente du Serpent

Le serpent sonne à la porte

Il est des manuscrits qui sont des œuvres avant d’être des livres imprimés.

« La tourmente du Serpent » que vient d’écrire Sébastien Cazaudehore, mérite toutes les attentions.

Est-ce un roman policier ? Une Œuvre noire ? Une autobiographie masquée ? Une thèse de fin d’année ? Un voyage expérimental ?

Tous les ingrédients de cette histoire vous entrainent loin, très loin.

L’intrigue est une règle du genre. Les personnages, des êtres vivants n’ont rien de fictifs.

On les croit réels, ils le sont.

« La tourmente du Serpent » ensorcelle comme un venin qui pique à l’intérieur une fois que le poison se répand, rien ne l’arrête.

Ce venin crée la tourmente, jusqu’à la résurrection, la révélation de l’épilogue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s